Énergie et adaptogènes

Ce qu’il faut retenir de l’article en quelques lignes :

Le stress augmente nos besoins d’énergie. Or, notre énergie vitale est limitée. Ainsi, notre besoin global d’énergie excède souvent la quantité disponible. Le corps priorise la gestion de l’événement stressant, et délaisse (partiellement) les systèmes et organes essentiels, qui reçoivent alors moins d’énergie. A long terme, sous stress chronique, cela peut entrainer de nombreuses complications tant sur notre santé physique que mentale.

Plus de détails sur le pourquoi du comment, et la manière dont les adaptogènes apportent une réponse saine et durable à ce déficit en énergie, dans la suite de l'article ! 

INTRODUCTION

Notre énergie est à la base de notre vie, de nos mouvements et pensées. Pourtant, combien de fois entend-on des personnes de notre entourage dire qu’elles sont fatiguées (ou le garder tabou car cela peut-être mal vu). En cause, le manque de sommeil, un travail harassant, trop d’obligations, trop de stress.

Se lever le matin en ayant hâte du coucher pour dormir encore, commencer la semaine en étant fatigué et en attendant le week end pour se reposer, ou se languir de nos prochaines vacances. Cela nous arrive à tous, mais lorsque c’est permanent, lorsque l’on se dit chaque jour que demain ça ira mieux, que l’on sera plus en forme prochainement, c’est peut-être qu’il y a quelque chose, non ? 

L' ÉNERGIE VITALE

Il faut imaginer que notre corps est une usine à énergie. Comme toute machine, nous fonctionnons de manière optimale lorsque nous utilisons quasiment autant d’énergie que ce que nous sommes capables de produire et stocker. Toute demande d’énergie supplémentaire entraine des conséquences sur notre santé à long terme, notamment le développement de maladies auto-immunes, de fatigue chronique, de dépression, de maladies cardiaques etc.

Dans cette logique, imaginons que la production maximale d’énergie de notre corps est à 100 unités, et qu'elle corresponde à notre besoin journalier. Chaque événement stressant impromptu demande une énergie supplémentaire. Si ce besoin est de 20 unités, notre organisme mobilise alors 20 unités d’énergie pour :
- Faire face au problème détecté
- Puis ramener l’organisme à son homéostasie (le point d’équilibre)
Par exemple : il va sécréter beaucoup de cortisol d’un coup, puis il aura besoin de faire revenir le système neuro-endocrinien (responsable de la sécrétion de cortisol) à son fonctionnement normal.

Mais notre besoin se retrouve alors à 120. Si ce type de stress est occasionnel, nos batteries suffisent souvent à y faire face. Mais bien souvent, nous vivons sous stress chronique, et nos batteries se retrouvent vite déchargées, sans surplus à octroyer.

Les conséquences : le corps priorise la gestion d’événements stressants par rapport au maintien du bon fonctionnement des fonctions vitales. Concrètement, il va gérer le stress au détriment de la digestion, du maintien de l’équilibre hormonal, du bon fonctionnement de la thyroïde, de la détoxification etc. Peu à peu c’est donc un corps affaibli, déréglé et déséquilibré qui apparaît, et qui peut ensuite laisser place à l’apparition de maladies diverses.
Mais la quantité d’énergie disponible n’est pas seulement essentielle à notre santé physique, elle l’est aussi pour notre santé mentale et émotionnelle. Elle l’est aussi pour la mémorisation, l’humeur, la stabilité émotionnelle, etc.

LA FATIGUE PROFONDE, PAS TOUJOURS VISIBLE

Pourquoi est-ce si difficile de se rendre compte en amont que l’on est en état de fatigue important ?
Cette fatigue chronique peut ne pas être perçue par l’individu en question puisque l’accomplissement des tâches quotidiennes et du travail (souvent perçu comme un stress) est maintenu.
On met beaucoup plus de temps à s’apercevoir d’un manque d’énergie pour ses organes vitaux qu’un manque d’énergie au travail. Et pourtant certains signes précurseurs pourraient nous alerter : des problèmes de digestion, un dérèglement du sommeil, des dérèglements hormonaux, ou des douleurs chroniques par exemple sont des signaux qui peuvent nous alerter.
D’autre part, le stress enclenche également une sécretion d’adrénaline, une hormone qui agit comme un shot d’énergie et auquel nous devenons rapidement addict. Nous passons donc de pic en en pic (d’adrénaline), sans nous rendre compte que notre énergie vitale, la vraie, est insuffisante. 

LA PRODUCTION D’ÉNERGIE 

Parlons de la force vitale : elle fait référence au système de production d’énergie des cellules à destination de l’ensemble de l’organisme. Cette force vitale est l’une des premières choses affectées par le stress. Lorsque nous arrivons à notre charge maximale et que notre capacité d’adaptation est compromise, la production d’énergie cellulaire diminue.

Pour aider le corps à produire, stocker et transférer l’énergie correctement, il faut soutenir les mitochondries, des petites usines à énergie qui se situent à l’intérieur de nos cellules. C’est grâce à elles que se fait la synthèse d’ATP (la molécule universelle d’énergie), et c’est cette molécule qui permet aux cellules de remplir leurs fonctions. De cette manière, les mitochondries produisent l’énergie vitale pour tous les organes et les systèmes nécessaires au maintient de notre vie.
Or, le stress dégrade l’efficacité des mitochondries. Si ces dernières ne fonctionnent pas correctement on pourrait se comparer à une vieille voiture qui roule mal, qui utilise plus de carburant, et qui pollue davantage.

Pour gérer son énergie il faut se concentrer sur l’acquisition de l’énergie (surtout pendant le sommeil), la balance entre le flux entrant et sortant d’énergie et l’efficacité de son utilisation.

ET LES ADAPTOGÈNES DANS TOUT ÇA ? 

Les adaptogènes sont d’une grande aide pour soutenir la production d’énergie dans le corps. Ils aident en effet à :
- Mieux mobiliser l’énergie en cas de pic de stress, ce qui permet une réponse plus efficace du corps ainsi qu’un retour plus rapide à la « normale ».
- Augmenter notre production d’énergie en stimulant les mitochondries et en préservant leur intégrité, ce qui permet d’avoir davantage d’énergie disponible pour les organes, les systèmes et les muscles.
- Réguler l’énergie en agissant sur le système neuro-endocrinien, ce qui est bénéfique au sommeil par exemple, mais également à l’ensemble du corps puisque les hormones agissent comme chefs d’orchestre dans notre organisme.

De part leur aide sur le sommeil, ils sont également un allié de choix pour retrouver la forme.
A noter, c’est également très intéressant pour les sportifs, et c’est pour cela que les adaptogènes sont souvent présents dans leur supplémentation ! 

Pour conclure :
Bien sûr, les adaptogènes ne font pas tout. Le sommeil, le sport, l’alimentation, sont des éléments essentiels et irremplaçables. Simplement, on a un peu plus l’habitude d’en entendre parler, alors c’était ici l’occasion de vous parler de l’aide que les adaptogènes et en particulier la Chill Potion peuvent vous apporter en cas de fatigue.

Voir d'autres articles du blog

Énergie et adaptogènes

Énergie et adaptogènes

Nov 19, 2020Shopify API
Wake up with me

Wake up with me

Nov 11, 2020Shopify API
Les adaptogènes expliqués simplement

Les adaptogènes expliqués simplement

Nov 03, 2020Stephanie Le Fevre